Petite réflexion sur l’échange de donnée météo et l’activité radioamateur

Dans cet article je vous livre ma petite réflexion sur l’échange de donnée météo et l’activité radioamateur.

J’ai bien dit Radioamateur et pas juste FNRASEC, Ref-Union,…  😉 Mais il faudra bien une structure pour centraliser les remontées d’information.

Évacuons de suite l’aspect législation, de mémoire, mais je vous fais confiance pour vérifier, dans les sujets de discutions autorisées aux radioamateurs français. Bien sur en plus de la technique et quelques autres sujets. Voilà comme ça c’est fais le sujet est donc évacué de la suite de l’article.

Ce qui se fait à l’étranger.

Dans beaucoup de pays des radioamateurs échange sur les conditions météo de leur position géographique. Nous pouvons certes parler des activités du skywarn (http://skywarn.org/) mais d’autres idées voient le jour, que cela soit dans le but de réaliser des cartes de bilan, voir préparer l’accès au secours sur une zone précise (MEWS MEWS Weather Reporting and Observation Lessons http://www.hamuniverse.com/hs0zhmmewslessons.html).

Et chez nous existe-t-il quelque chose ? Que pourrions-nous faire ??

A ma connaissance, a part quelques QSO spontané, des sites internet spécialisés dans le recueille de données météo (quel temps fais il chez vous ?) rien de bien structuré.

  • Quelles fréquences ?
  • Quelles modes ? Phonie, CW, modes numériques ?
  • Quelles données faire remonter ?
  • Besoin de plusieurs niveau de justesse (relevé manuel, relevé automatique (station météo), … ?
  • Quel formatage des données ?
  • Comment et ou faire la compilation des données reçus ?
  • Que pourrions-nous bien faire de ses données ?

Bref beaucoup de questions, voici mon point de vue sur la possibilité de faire ce genre de remonté d’information.

Quelles fréquences ?:

Selon le niveau désiré les fréquences UHF/VHF pour une remontée sur le plan local avec une centralisation

Pour une remontée d’information sur un département complet, voir sur plusieurs départements on peut envisager les UHF/VHF si le ou les département(s) est (sont) bien couvert par un réseau de relais. Mais il faudra assez vite envisager d’utiliser la HF, car après tous si on parle d’un passage météo comme nous connaissons par moment (tempête, coupure d’énergie, dois je vous rappeler un certain texte IUT ??) on nous parle bien de pouvoir transmettre sens 220V (EDF) et dans des conditions pouvant être loin de l’idéal (tiens ça me rappel un sujet de discussion sur la possibilité de monter une station 80/40 rapidement après le passage d’une tempête). Bref le choix de la fréquence dépend de la zone que l’on veut couvrir

Quels modes ? :

Je ne pense pas qu’il soit bon de se limiter à un seul mode, si sur le plan local la phonie devrait bien fonctionner sur une couverture géographique plus étendue l’utilisation de CW ou de mode numérique (en doublon de la phonie) peut être une solution à ne pas négliger.

En effet si faire remonter une information sur une constatation au temps T semble facile en phonie quant est il si vous devez faire remonter la synthèse d’une dizaine de radioamateur ?

Par contre faire remonter un tableau de chiffre et de lettre ne pose pas vraiment de problème en mode numérique (en plus on évite les erreurs de saisie et autre mauvaise interprétation)

Quelles données faire remonter ? :

Au niveau des données nous pouvons scinder cette partie en deux parties distinctes :

 

  • La première : des relevés visuels (ce que nos yeux voient)
    • La pluie (pas de pluie, pluie faible, pluie modéré, forte pluie)
    • La vitesse du vent (pas de vent, vent faible, vent modéré, vent fort)
    • La direction (Nord, Nord Ets, Est, Sud Est, Sud, Sud Ouest, Ouest et Nord Ouest)
    • Température ressentie (extrêmement froid, froid, doux, chaud, extrêmement chaud)
    • Dans cette partie seul nos yeux et nos ressentit sont prise en compte, on peut vraiment améliorer le relevé avec de petit outils du commerce peu couteux (par exemple un porte clef qui intègre une boussole, un thermomètre et un sifflet (moins de 5 euros en France)
  • La seconde : des relevés automatique (station météo, donc justesse et fiabilité des renseignements bien supérieure)(cette partie peut aussi être couplé àunréseauAPRSparexemple)
    • La quantité de pluie
    • La vitesse du vent
    • La direction du vent
    • La température

Les données météo peuvent être très différentes, mais même la plus petite information est intéressantes, par contre plus les OM parleront le même langage mieux ça sera. Par exemple pour vous c’est quoi une pluie modéré ?????

Publicités
Tagged with: , , , , , , , , , , , ,
Publié dans ADRASEC, FNRASEC, Gestion de l'urgence, groupe OM et Association, Météo, Modes Numériques, Mon point de vue, mes idées, a moi ..., Promotion Radioamateur, Radio (Radioamateur et Ecouteur), Radioamateur
One comment on “Petite réflexion sur l’échange de donnée météo et l’activité radioamateur
  1. […] Dans cet article F4EED vous livre sa petite réflexion sur l’échange de données météo et l’activité radioamateur. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s